guerre(s)

Création 2021 à la Fileuse-friche artistique à Reims.

 

Installation plastique et performance / Julien Royer.

 Avec la complicité de Manon Choserot et Florent Chaffiol.

Commande de la Ville de Reims dans le cadre de la résidence longue qu'effectue Julien Royer à la Fileuse de Reims.

Co-Production: Collectif Plastics Parasites.

 

 

Julien Royer s’est inspiré des univers dystopiques de la littérature de Georges Orwell et d’Edward Bond dans cette expérience participative. Sous la forme d’un jeu de rôle, le dispositif se déploie dans l’absurde à travers un écran omnipotent. 

L'artiste présente une performance introspective qui interroge notre rapport au consentement et à l’obéissance. Le chemin narratif nous propose d’être les témoins d’une société en guerre, d’une fin de civilisation où l’humain est impuissant face à la folie d’un monde.

" Le point de départ de cette performance est une confidence que m'a fait grand-père paternel  au moment de sa fin de vie. Lors de son enrôlement dans l'armée française dans les années 50, celui-ci est envoyé en Algérie et bien qu'ayant gardé le secret toute sa vie durant, il a pourtant dû tuer des hommes pour le compte de la France. Cette confidence expliquait à bien des endroits le poids d'un tabou, ce silence qui le caractérisait, cette idée qu'il avait perdu son libre-arbitre à travers l'horreur de la guerre.

Les recherches que je menais alors dans les archives sur le parcours militaire de mon grand-père furent bouleversées par l'épidémie de COVID-19. Le discours martial du Président et la notion de guerre évoquée à ce moment-là m'ont permis d'élargir mon propos en questionnant notre présent à travers la  résilience et l'obéissance que nous nous sommes infligées. Jusqu'à quel point pouvons nous consentir aux ordres ? Dans quel mesure consentons-nous à perdre une part de nos libertés ? "