Nathalie azam

comédienne

logo%2520collectif%2520grand_edited_edit

Comédienne et metteuse en scène depuis 20 ans, Nathalie commence le théâtre après hypokhâgnes puis une maîtrise d'Histoire à la Sorbonne. En 1997, elle passe du théâtre universitaire au théâtre professionnel au sein de la Cie. Tavékaet'là.

Fortement inspiré du théâtre brechtien , ce collectif commence par une réécriture autour de Grandeur et décadence de la vie de Mahagonny et crée  l'impromptu de Mahagonny .

 A partir de 2002, elle joue avec d'autres compagnies : Questions d'Epoque, Thearto, Les Acharnés, Les Latitudes sur du répertoire contemporain ; elle développe et enseigne la lecture théâtralisée sous différentes formes, « Lectures au bord du jeu »  - cycles « frissons » et « Polars »sur la littérature fantastiques et policière ; lectures musicales (ex : « Coeur de chien » de Boulgakhov ; « le Chemin des âmes » de Joseph Boyden) ou adaptation d'albums jeunesse.

En 2009 et 2010, elle chante et joue dans l'Opéra de Quat'sous mis en scène par Bernard Pisani, Opéras de Reims, Tours et Metz. A partir de 2007, elle travaille sur des formes plus personnelles (concerts-poésie) avec le musicien-compositeur Nicolas Canot, autour de textes et auteurs qui interrogent nos libertés à travers le corps : « Emerger lentement de la chair » ; « Corps-poèmes et autres soleils » autour de Jean Sénac ; « Paysages au creux des eaux » sur Maupassant et Debussy revisités. Depuis 2009, elle se consacre également à la mise en scène: 

« Un tigre dans le Crâne » de Karin Serres – Cie Le turlupin – Dijon – sur la folie et le double.

« Memboo ! »  - pièce chorégraphique avec la danseuse -chorégraphe Aurore Castan-Aïn, sur l'amour chez les personnes non valides – Cie Kalijo à Troyes.

Son travail et ses collaborations l'amènent à interroger le langage du corps et de la voix ; la folie, le genre et ses troubles, l'acte de prise de parole intime ou politique sur une scène de théâtre ; le lien entre les deux et la notion de Présence.

Elle rejoint le Collectif Plastics Parasites et joue dans BONNES mise en scène de Julien Royer.

  • Facebook